Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    Mars 2007, les décrets d'applicationFleche-Haut


    Il faut attendre mars 2007 pour que, sous la pression de groupes professionnels d'ostéopathes, les décrets précisant les points clés de la profession soient enfin publiés.

    • Mais ces décrets, conçus à la va-vite et sans tenir compte des demandes et recommandations des organismes professionnels (sous la pression sans doute d'autres groupe professionnels...), ni même des conclusions des experts mandatés par le gouvernement lui-même, présentent nombre d'incohérences et de limites, pour certaines totalement illogiques au regard de la philosophie même de l'ostéopathie.
    • Enfin, ils existent et la profession est aujourd'hui reconnue, légalisée, son enseignement organisé (enfin presque)... Mais, ces décrets sont sur de nombreux points fort vagues et ne limitent pas le nombre de collèges de formation agréés, de sorte que la profession risque rapidement de se trouver saturée.
    • Plus grave : l'accès aux études n'étant limité par aucune exigence, le nombre de collèges aujourd'hui agréés ayant explosé, l'accès aux études d'ostéopathe est totalement libre, pour tout bachelier. S'engagent ainsi dans cette profession nombre d'étudiants qui ne veulent pas affronter les difficultés d'accès à d'autres professions médicales ou paramédicales ou qui ont simplement échoués à leurs examens.
    • Parmi eux, beaucoup ne connaissent pas l'ostéopathie, ignorent tout de ses essentiels et voient cette profession comme un simple « job », un « job comme un autre », qui a plutôt bonne presse et que l'on pense plutôt lucratif...