Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    2002 : La loi sur le droit des maladesFleche-Haut


    En mars 2002 l'Assemblé Nationale vote la loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, présentée par le ministre de la santé de l'époque, Bernard Kouchner.
    Entre autre choses, cette loi reconnaît pour la première fois en France le droit d'exercer l'ostéopathie à des personnes n'étant pas docteur en médecine.
    Mais cette loi ne précise pas

    • les critères retenus pour accorder aux praticiens le droit de porter le titre d'ostéopathe,
    • les critères retenus pour les établissements d'enseignement de l'ostéopathie,
    • la durée des études, le nombre d'heures, ni le contenu des programmes.

    Ces points doivent être précisés par les décrets d'application à paraître ultérieurement.

    Après 2002, Plus illégale, mais pas encore légale...Fleche-Haut


    La pratique de l'ostéopathie n'est donc plus illégale, mais dans l'attente des décrets précisant les modalités d'exercice et de formation des ostéopathes, une étrange situation s'est développée :

    • De nombreux praticiens se sont tout à coup découverts ostéopathes...
    • Le nombre de collèges de formation a soudain explosé.

    Ainsi, bien que reconnue, la profession connaît l'effet pervers de la multiplication de praticiens dont les motivations et la formation sont parfois bien incertaines.