Le processus de la naissance

Dans le travail de l'accouchement, trois éléments sont à considérer :  

  • un mobile (ou passager), le foetus,
  • un passage, ou filière, constitué par le bassin osseux et les autres structures pelviennes de la mère,
  • les forces expulsives créées par les contractions de l'utérus.

Des contraintes très importantes

processus-01

Osons une image triviale, mais parlante : imaginons un tube de pâte dentifrice dont la partie proche du bouchon est séchée.

Pour « forcer » l'expression de la pâte hors du tube, il faut parfois exercer sur les parois de celui-ci, une pression parti-culièrement forte. Voilà ce qui se passe pour la structure de l'enfant au moment de la naissance. La pression est forte, particulièrement au niveau du crâne, arrêté par le col de l'utérus.
Autre particularité importante concernant la naissance : la filière n'est pas régulière et change de forme au cours du trajet. Ainsi, à la composante de compression vient s'ajouter une composante de torsion.
Après nous être intéressés à la structure crânienne de l'enfant (le mobile), intéressons-nous au passage ou filière.

Le passage ou filière maternelle


La partie la plus dense, la plus solide, c'est le bassin, constituant le cadre osseux de la filière maternelle.    les deux os iliaques, qui se réunissent en avant au niveau de la symphyse pubienne,

  • le sacrum en arrière et au centre,
  • le coccyx qui prolonge le sacrum vers le bas.La filière est composée de nombreux autres tissus (dont l'utérus) que nous ne détaillerons pas ici.

processus-naissance-02

Schéma du bassin montrant la constitution anatomique générale.
La vue montre le détroit ou orifice supérieur du bassin dans lequel devra s'engager l'enfant

Les détroits, la présentation de l'enfantFleche-Haut


processus-naissance-03

Le cadre osseux et l'ensemble des tissus mous associés déterminent deux passages de taille et d'orientation différentes, les détroits 

  • le détroit supérieur qui sépare grand et petit bassin,
  • le détroit inférieur, dans la partie basse du bassin, entre pubis en avant et coccyx en arrière.Pour permettre au crâne de passer le plus «facilement» possible dans les détroits, la tête sera obligée de tourner en descendant.

À la composante de compression s'ajoute donc une composante de torsion.
Sous l'action des contraction utérines, l'enfant se présente et commence à descendre dans la filière et à s'engager. Pour rester simple, nous n'évoquerons pas les différentes possibilités de présentation.

  • Cette question, très technique n'apportera rien d'essentiel à notre propos.
  • On peut toutefois dire que certaines manières qu'a la tête de se présenter peuvent singulièrement compliquer le processus.

 

 

La descenteFleche-Haut


Le crâne de l'enfant, cherchant le plus grand diamètre possible pour passer plus facilement descend, la tête de l'enfant parallèle à la face antérieure du bassin (présentation la plus courante)

  • Les forces qui s'exercent à ce moment sur la base du crâne peuvent être considérables.
  • La rotation de la tête de l'enfant sous forte pression produit, dans les tissus, une empreinte mécanique qui restera perceptible.
  • Là se produisent également de fortes compressions, notamment sur la base qui laisseront elles aussi une empreinte dans les tissus de l'enfant.
  • A ce moment déjà, le crâne peut se trouver gêné, comprimé, modelé et parfois déformé par la proéminence du sacrum ou du pubis de la mère.

processus-naissance-04Schéma montrant les butées que peuvent représenter le pubis et le sacrum du bassin maternel

 processus-naissance-05

Le foetus continue de descendre dans la filière

Le dégagementFleche-Haut


Le travail se continuant, le col de l'utérus s'ouvre et peut laisser passer la tête de l'enfant pour son dégagement. 

  • La tête a encore tourné.
  • C'est maintenant l'occiput de l'enfant qui « s'enroule » autour du pubis de la mère au moment de la sortie.Cliquez pour agrandir l'image

processus-naissance-06

Schéma montrant la période de dégagement

Des contraintes pas forcément préjudiciablesFleche-Haut


Les contraintes mécaniques subies par le crâne de l'enfant ne sont pas forcément préjudiciables, notamment si

  • l'accouchement n'est pas trop long,
  • les contractions n'ont pas été trop fortes,
  • la résistance exercée par les tissus de la mère n'a pas été trop forte,
  • l'enfant est né à terme (ses structures sont prêtes). Dans les accouchements normaux (la grande majorité) le modelage imposé au crâne de l'enfant par les contraintes mécaniques qu'il subit ne sont pas préjudiciables.

Des contraintes nécessaires ?Fleche-Haut


Les ostéopathes ont même mis l'accent sur l'importance de ce modelage du crâne de l'enfant pour la mise en route des mouvement de leur  mécanisme crânien.
Ils ont découvert cela en analysant les mouvements crâniens d'enfants nés normalement et en les comparant à ceux d'enfants nés par césarienne. Le mouvement du crâne de l'enfant né par césarienne n'est pas similaire.

  • Il est moins ample, moins marqué, parfois mal défini au niveau des os du crâne.
  • Le crâne semble parfois comme « sidéré » (conséquence du passage brutal d'un état de relative compression à un état de décompression ?

Le crâne non modelé par la naissance, présente donc aussi des anomalies de fonctionnement pouvant retentir sur la physiologie de l'organisme de l'enfant. Faire naître tous les enfants par césarienne pour leur éviter des difficultés crâniennes ne semble donc pas la bonne solution. Dame Nature aurait-elle donc bien conçu les choses ?

Le crâne est-il la seule structure contrainte par la naissance ?Fleche-Haut


Non, bien entendu.

  • Au départ de leurs recherches, les ostéopathes crâniens se sont particulièrement centrés sur la base du crâne, parce que la tête du bébé ouvre le passage et semble don être la structure qui subit le maximum de contraintes mécaniques, notamment de compression et de torsion.
  • Mais c'est tout le corps de l'enfant qui subit la compression imposée par les contractions utérines.
  • On peut donc trouver des compressions/torsions à tout niveau corporel et plus particulièrement au niveau de la colonne vertébrale.

C'est l'examen attentif qu'effectuera l'ostéopathe et surtout son toucher perceptif subtil qui lui indiqueront s'il y a ou non compression vertébrale et à quel niveau.

 

Vidéo animée de la naissance Fleche-Haut


Et puisque rien ne vaut la démonstration par l'exemple, voici un montage vidéo montrant le processus de la naissance :

 


Accouchement en vidéo Le bébé lors de l... par Tv-Grossesse