Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Session

    Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    Quelle attitude adopter ?Fleche-Haut


    q-vaccinations-10

    Voilà qui est particulièrement inquiétant. Cela me donne envie de soustraire mon enfant aux vaccinations, mais elles sont obligatoires non ?

    Les vaccins obligatoires

    Seules trois vaccinations sont actuellement (2009) obligatoires en France :

    • contre la diphtérie,
    • contre le tétanos,
    • contre la poliomyélite.

    Auxquelles il convient d'ajouter deux autres vaccinations, obligatoires dans certaines circonstances :

    La tendance à généraliser

    • Or, la tendance actuelle est d'imposer les vaccinations pour beaucoup d'autres maladies – la coqueluche, la rougeole, la rubéole, les oreillons, l'hemophilus b, l'hépatite B et même la grippe –, alors même qu'elles ne sont pas obligatoires.
    • Pour imposer la vaccination, toutes les astuces de la propagande et du marketing sont utilisées.
    • Le système habituel consiste à faire peur. Il suffit en effet de convaincre les gens que les microbes sont les seuls responsables des maladie et d'indiquer que l'on a trouvé la parade – le vaccin – pour que la plupart, mal informés, se précipitent chez le médecin et fassent vacciner leur enfant.
    • Au besoin, on culpabilise les parents qui, en refusant de vacciner, font courir de grands dangers à leur enfant.
    • Il suffit ensuite de justifier l'acte en recourant à un hypothétique et illusoire risque zéro.
    • On laisse également planer le doute et l'incertitude sur ce qui est obligatoire et sur ce qui ne l'est pas, les gens du public finissant par penser que toutes le sont.
    • Au besoin, on légifère, pour rendre la vaccination réellement obligatoire.
    • Aujourd'hui, on assiste à ceci de paradoxal qu'un parent se sent coupable en vaccinant le moins possible son enfant, alors que devant le nombre d'interrogations et d'incertitudes soulevées par la vaccination outrancière, c'est probablement ce qu'il fait de mieux pour protéger son avenir (principe de précaution)...