Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Session

    Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    Le cas de l'hépatite BFleche-Haut


    q-vaccins-06

    Et l'hépatite B ? Vous n'en parlez pas, mais j'ai entendu dire qu'elle posait aussi pas mal de problèmes...

    L'hépatite B est provoquée par un virus (HBV) qui se transmet lors de rapports sexuels ou par le sang. Avec les mesures d'asepsie généralisées, la transmission par voie sanguine a considérablement diminué, de sorte que la contamination génitale est aujourd'hui la première cause d'infection. La transmission par la salive n'est pas prouvée.

    Les personnes les plus exposées sont

    • les hémophiles,
    • les polytransfusés,
    • les personnes dialysées,
    • le personnel de santé manipulant le sang,
    • les toxicomanes,
    • les personnes ayant des partenaires sexuels multiples
    • celles vivant au contact d'un porteur chronique ou voyageant dans des pays ou région à forte endémie (Afrique et Asie tropicales).

    Une utilité discutable

    • L'hépatite B n'est pas une maladie grave et les risque réels de complications graves sont ridiculement bas. [6]
    • Le nombre de nouvelles contaminations est en régression permanente depuis plus de quinze ans, dès avant la mise en route des premières vaccinations.
    • Comme toute vaccination, elle présente l'inconvénient de participer à l'effondrement de l'immunité.

    Potentiellement dangereux

    • La liste des effets indésirables consécutifs à la vaccination contre l'hépatite B ne cesse de s'allonger.
    • Alors qu'au début, étaient seulement mentionnées les réactions locales passagères et quelques réactions générales (fatigue, fièvre, maux de tête, courbatures, nausées vertiges), on parle aujourd'hui d'atteintes neurologiques telles que paralysie faciale, névrite optique, et poussées de sclérose en plaque auxquelles se sont ajoutés récemment des syndromes méningés, des troubles visuels et auditifs, des perte de sensibilité, de l'arthrite. Et la liste ne cesse de s'allonger. [7]

    Une compagne de désinformation

    « La vaccination massive contre l'hépatite B a été lancée à coup d'approximations et de mensonges. » [8] Comme toujours, on utilise des arguments non fondés sur la réalité scientifique, mais sur les réactions émotionnelles à la peur.

    Bibliographie

    [6] Dr. Nicole Vial in Vous et votre santé Hors série n°4 Liberté vaccinale, quatrième trimestre 95 p. 27.
    [7] L'Impatient Hors série Juin 1996, Le Guide des vaccinations, p. 22.
    [8] Ibid. p. 42.