Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

    Contenus interactifs

    Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Session

    Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    Fleche-HautLe problème du sucre


    q-nutrition-05Certains praticiens disent que le sucre est responsable de nombreux maux chez l'enfant. Qu'en pense l'ostéopathe ?

    Les sucre, ou plus exactement les aliments sucrés peuvent également être source de difficultés pour l'enfant. Parmi les troubles les plus fréquents, citons :

    • la carie dentaire,
    • l'engorgement des émonctoires,
    • l'obésité,
    • certains problèmes de comportement.

    Présentons le sucre, ou plutôt, les sucres

    Sur le plan chimique, les sucres appartiennent au groupe des glucides qui comportent de nombreuses formes de sucres, de sorte qu'on en absorbe bien souvent sans le savoir. On peut schématiquement distinguer trois sortes de sucres :

    • les sucres simples,
    • les sucres complexes
    • les sucres artificiels.

    Les sucres simples

    • Ainsi appelés parce que leur molécule elle-même est simple.
    • On les appelle souvent sucres rapides parce que l'organisme peut les utiliser directement comme le glucose ou le fructose (sucre de fruit), ou les dégrader facilement, comme le saccharose (sucre de betterave) ou le lactose (sucre du lait).

    Les sucres complexes

    • Ainsi appelés parce que leur molécule est constituée par l'assemblage plus ou moins complexe de sucres simples.
    • On les appelle également sucres lents parce que pour pouvoir les utiliser, le corps doit mettre en œuvre des processus enzymatiques compliqués destinés à les dégrader et les transformer en sucres simples, ce qui demande du temps. Parmi eux, citons l'amidon que l'on trouve dans beaucoup d'aliments, notamment les tubercules (pomme de terre, carotte, etc.), les céréales (blé, orge, avoine, etc.) et les produits dérivés (farines, pâtes alimentaires, pain, etc.).

    Les sucres artificiels

    • La molécule de ces sucres a été artificiellement créée par la chimie.
    • On les utilise parce qu'ils ont un grand pouvoir sucrant mais contiennent peu de calories.
    • Parmi eux, citons le cyclamate, la saccharine et l'aspartame.

    Une civilisation du sucré


    Une consommation sans cesse croissante

    • Dans les pays occidentaux, la consommation annuelle de sucre par personne s'est située pendant des siècles au-dessous de 2 kg.
    • Aujourd'hui, elle atteint ou même dépasse 50 kg dans certains pays industrialisés.

    D'autres changements majeurs

    • les glucides consommés proviennent de moins en moins souvent des sucres complexes – l'amidon des fruits, des légumes et des céréales –  et sont remplacés par des sucres simples démunis d'éléments nutritifs.
    • 75 à 80% du sucre ingéré provient des aliments manufacturés.
    • Les fabricants utilisent le sucre à profusion et le consommateur l'absorbe bien souvent sans le savoir.
    • Le sucre est souvent qualifié d'« invisible » parce qu'on le consomme sans se rendre compte de sa présence.

    Une imprécision volontaire

    Même quand on sait que le produit est sucré, l'industrie alimentaire a trouvé un ingénieux moyen pour que l'on n'ait pas une juste idée de la quantité :

    • quand la législation oblige à indiquer la liste des ingrédients par ordre d'importance sans que la quantité soit mentionnée ;
    • la quantité de chacun étant moindre que leur somme et plusieurs glucides étant utilisés, le sucre peut apparaître loin dans la liste.