Le torticolis congénitalFleche-Haut


On dit que l'ostéopathie peut faire quelque chose pour les enfants atteints de torticolis congénital. Est-vrai ?

« Torticolis », voilà un nom qui dit bien ce qu'il veut dire (cou-tordu).

  • On le dit congénital, parce qu'il existe dès la naissance.
  • Il se manifeste par une position figée de la tête, inclinée d'un côté, et tournant plus facilement du côté opposé.

Son origine

L'ostéopathe considère que le torticolis congénital est consécutif à des contraintes mécaniques de compression imposées sur la base du crâne (parties condylaires),    par malposition intra-utérine (crise du logement),

  • par une compression de fin de grossesse,
  • par la naissance elle-même.

La compression de la base provoque une irritation unilatérale du nerf spinal (XIe nerf crânien), ce qui conditionne une contracture de muscles de la nuque (notamment, le sterno-cléido-mastoïdien).

Le torticolis congénital peut être ou non associé à une plagiocéphalie.

structure-01Ses conséquences

  • Structurelles : l'enfant vit et grandit avec la tête de travers.
  • Le risque est également qu'une position figée de la tête ne le fasse reposer toujours du même côté lorsqu'il est allongé, provoquant ou aggravant une plagiocéphalie positionnelle.
  • Fonctionnelles : la rotation de la tête est limitée d'un côté. Cela peut avoir des conséquences gênantes dans l'allaitement maternel. Un côté est plus problématique.
  • À plus long terme, la dissymétrie maintenue sur la base du crâne peut être à l'origine de problèmes d'occlusion dentaire et de scoliose.

Que peut faire l'ostéopathie ?

  • Sur le plan ostéopathique, le traitement est relativement facile et efficace.
  • Il consiste à décomprimer la base du crâne, à la remodeler pour lui rendre sa symétrie.
  • Il est d'autant plus efficace et rapide que l'enfant est vu rapidement après la naissance.
  • Plus on attend, plus les structures se figent et s'organisent dans leur malposition et plus il devient difficile de modifier la forme.
  • Le traitement ostéopathique doit parfois être associé à un traitement de kinésithérapie.