Contrètement, que faire ?Fleche-Haut


q-vaccinations-10

Face à tout cela, le simple particulier que je suis se sent vraiment démuni. En faisant vacciner mon enfant, je l'expose selon vous à des risques certains, en ne le faisant pas vacciner, je suis dans l'illégalité et je lui fais également courir un risque : celui de ne pas être immunisé. Comment faire ?

Concernant les vaccinations obligatoires, plusieurs cas de figure peuvent se présenter.

Votre enfant présente des problèmes d'immunité

  • s'il est très sujet aux infections : rhino-pharyngites, otites, bronchites à répétition ;
  • s'il est sensible aux protéines étrangères – lait et œuf ;
  • en cas de fièvre, maladie infectieuse en cours d'évolution, diabète non stabilisé,
  • en cas de maladies évolutives chroniques (eczéma constitutionnel, psoriasis notamment)
  • n'hésitez pas à demander à votre médecin un certificat de contre-indication.

Votre enfant semble ne pas souffrir de problèmes d'immunités

  • Ne vous précipitez pas. Il sera toujours temps de satisfaire aux obligations vaccinales lorsqu'il ira à la crèche ou entrera à l'école.
  • Sachez que dans les premiers mois de sa vie, il ne court aucun danger, bénéficiant de l'immunité maternelle, notamment s'il est nourri au sein.

Dans tous les cas

  • Si la vaccination est réalisée, n'hésitez pas à recourir à l'aide de l'homéopathie ou de la phytothérapie, médecines de terrain qui permettront d'aider votre enfant à rétablir les qualités de son terrain malgré l'inoculation.
  • Recourez à ces pratiques à chaque piqûre, avant et après la vaccination.
  • Avec l'aide d'un praticien homéopathe ou de médecine naturelle, apprenez et utilisez les règles simples qui permettront à votre enfant – et à vous mêmes – de restaurer et de préserver votre terrain.
  • Cela inclut les mesures touchant la nutrition, la gestion du stress et des activités de la vie courante.
  • La santé n'est pas un dû, mais un état que l'on peut atteindre et conserver pourvu que l'on respecte un minimum le fonctionnement de la vie.

Les vaccinations non obligatoires

  • Rien ne vous oblige à accepter les vaccinations qui ne sont pas obligatoires.
  • Elles ne peuvent que dégrader le terrain de votre enfant et nuire à son immunité.
  • Comme le fait remarquer Michel Georget, « nous ne sommes pas égaux face à la vaccination. À la lueur de l'immunologie moderne, les vaccinations apparaissent comme une loterie. Une majorité s'y retrouve, mais une minorité croissante risque d'y perdre plus que sa mise. » [9]

Pour l'hépatite B

  • Pour votre enfant, cette vaccination n'étant pas obligatoire, rien n'oblige à l'accepter.
  • La transmission de l'hépatite B se faisant essentiellement par voie génitale, la vaccination ne se justifie absolument pas chez le jeune enfant qui ne court aucun risque.
  • Le métier de bébé n'est en aucun cas une profession exposée...

Bibliographie

[9] Michel Gorget dans L'Impatient, Hors série n°4 Liberté vaccinale, quatrième trimestre 1995, p. 27.
Sur le Blog Expo Vaccins, Une bibliographie imposante...