Fleche-HautQue penser du lait de vache ?


q-nutrition-03Le lait de vache ? Mais tout le monde sait que c'est un excellent aliment ! Les médias ne cessent de le répéter et de vanter ses bienfaits !

  • Rien de pire qu'idées reçues et certitudes jamais réexaminées…
  • Lorsqu'on l'interrogeait sur l'utilisation du lait de vache pour nourrir les enfants, le Dr Viola Frymann répondait invariablement : « Le lait ? C'est un excellent aliment... pour les veaux. »
  • Et le Dr Le Berre  d'ajouter que le projet de vie du petit de l'homme n'est apparemment pas le même que celui du petit de la vache.

Quelques rappels

Bien que généralement considéré comme un bon aliment, le lait de vache est parfois source de difficultés. À cela plusieurs raisons connues.

  • Aucun lait n'est aussi bien adapté à la nutrition du petit de l'homme que le lait maternel.
  • La digestion du lait de vache fait appel à des ferments ou enzymes particuliers (lab-ferments) parfois présents en quantité insuffisante chez l'enfant, déterminant une digestion incorrecte.
  • Les protéines du lait de vache peuvent entraîner des phénomènes d'intolérance voire d'allergie ne survenant jamais avec les protéines du lait maternel.
  • Le lactose, sucre spécifique au lait, peut occasionner des phénomènes allergiques.
  • La mauvaise qualité du lait de vache, consécutive à ses manipulations ou aux déchets qu'il contient le rendent souvent source d'intolérances.

Le lait, une idée fixe ?

Dans l'introduction de son livre Le Lait une sacrée vacherie ?, le Dr Nicolas Le Berre indique que pour la plupart d'entre nous, le lait est « un aliment tabou, forcément bon, même très bon et même indispensable comme on le dit à l'école, à la télévision et dans toutes les revues, médicales y compris. » [1].

  • Le lait aliment non seulement bon, mais indispensable, notamment pour l'enfant, est devenu un dogme, une idée fixe, sur laquelle nous ne revenons jamais, tellement nous sommes persuadés qu'elle est correcte.
  • Pourtant, beaucoup de praticiens s'occupant d'enfants ont remarqué que la consommation régulière de lait non maternel peut être source de divers problèmes.

Un aliment peu adapté au petit de l'homme

Le Dr Viola Frymann,  spécialisée dans le traitement des enfants nous invite à réfléchir sur trois constatations : l'homme est le seul animal de la création

  • qui consomme le lait d'une autre espèce que la sienne,
  • qui consomme du lait au-delà de la première enfance,
  • qui consomme régulièrement des produits issus de la transformation directe du lait.Comparons la composition du lait maternel et celle de laits d'autres sources

Le tableau comparatif de la composition de différents laits  montre de grandes différences. Les laits non maternels :

  • sont bien plus riches en protéines, dont certaines peuvent être mal tolérées par l'enfant.
  • sont bien plus gras, et la qualité des corps gras est très différente,
  • sont bien plus minéralisés, avec des profils vitaminiques et oligo-minéraux très différents,
  • ne contiennent aucun élément de défense adapté à l'homme.

Evoquons une fois encore la sagesse des fondements de l'ostéopathie

Still n'aurait pas manqué de faire remarquer que la Nature nous fournit un aliment spécifique comportant tous les éléments indispensables au développement harmonieux, du petit d'homme : le lait maternel.