Du vertex au coccyx, la colonne vertébrale Fleche-Haut


En 1790, Goethe formula l'hypothèse que le crâne ne serait en fait que des vertèbres modifiées (hypothèse, présentée par Oken en 1807, puis reprise par Testut et Latarjet dans l'édition de 1911 de leur Traité d'anatomie humaine).

  • Au cours de l'évolution, ces vertèbres se seraient modifiées pour accompagner le développement du système nerveux (le cerveau) au fur et à mesure que l'organisme se développait.

Crâne, colonne vertébrale, sacrum, même combat

  • Sur le plan mécanique, les ostéopathes considèrent donc que la colonne vertébrale commence au vertex et se termine à la pointe du coccyx.
  • À l'intérieur de la colonne on peut grossièrement envisager la dure-mère comme jouant le rôle du fil à l'intérieur d'un collier de perles.
  • Lorsque le collier est ouvert et le fil détendu, il est très souple.
  • Il suffit de très peu de tension induite dans le fil pour que le collier devienne rapidement très rigide...

La jeune pousse courbée

D'après ce qui vient d'être dit, on peut comprendre qu'une anomalie (rigidité, déformation, immobilité) survenant à l'un des pôles du système sera répercutée à l'autre pôle et ainsi dans le corps entier.

  • Chez l'enfant, à cause de la croissance du système, ces altérations mécaniques peuvent avoir de graves conséquences.
  • Pour faire comprendre le mécanisme, Sutherland utilisait la métaphore suivante :

« Comme la jeune pousse est courbée, l'arbre se penche. »  [2]

app-cranienne-04

Bibliographie

[1] William Garner Sutherland : Avec les doigts qui pensent in « Textes fondateurs de l'ostéopathie dans le champ crânien, » Sully, 2002, p. 56.
[2] Ibid., p. 72.